Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour le feu d'artifice du 14 Juillet, il y avait 1,3 tonne de fusées installées dont 650kg qui ne sont pas partis. Même si c'est un tiers des feux, sur le plan du spectacle, il en manquait beaucoup plus.

Jean-Claude Gondard

Feu d'artifice. Jean-Claude Gondard, directeur général des services à la mairie de Marseille nous explique les raisons du "couac".

Le feu d’artifice du 14 Juillet a été « gâché » par la coupure d’un câble empêchant le départ des fusées des barges du Vieux-Port. De sources policières, l’incident serait dû à un bateau de sécurité qui aurait sectionné le câble. Pour Jean-Claude Gondard, l’artificier Lacroix-Ruggieri a sa part de responsabilité.

Linda Be Diaf : Comment se fait-il que les tirs du feu d’artifice du 14 Juillet ne sont pas partis comme prévu ?
Jean-Claude Gondard : Au bout d’une à deux minutes, nous avons compris que les fusées des barges du Vieux-Port ne partiraient pas. Un câble installé dans l’eau a été coupé. Nous avons de fortes présomptions que ce soit un bateau mais lequel ? Difficile à dire. Des plaisanciers ont circulé à l’insu de la fermeture de la zone de passage dans le chenal gauche. Il n’est pas exclu que ce soit un bateau de sécurité. Nous n’avons pas encore l’immatriculation.

Il n’y avait pas un moyen pour y remédier ?
En cas de tirs restreints, une formule prévoit de déployer contractuellement un câble de secours en moins de cinq minutes. Or, l’artificier a mis vingt minutes, car le câble n’était pas tiré, mal disposé, les pannes du Vieux-Port étaient fermées... Trop de temps a été perdu et ces éléments auraient dû être pris en compte avant.

Quelles ont été les conséquences sur le spectacle pyrotechnique ?
Les séquences synchronisées entre le fort Saint-Jean, le Vieux-Port et le fort d’Entrecasteaux ne sont pas parties. Or, les feux partant des barges sont le moment le plus spectaculaire, car tirés assez bas et très proches du public.
Certes, la musique a bouché les temps morts quand il n’y avait rien, mais nous ne sommes pas satisfaits. Sur le plan de la composition musicale, on pouvait faire mieux.

Comment a réagi le public ?
Certains ne se sont rendu compte de rien, mais ce n’était pas extraordinaire ! La fête n’était pas gâchée mais réduite. C’était un cru modeste. Nous avons été déçus.

Qu’en est-il de la responsabilité de l’artificier ?
La société sera pénalisée au niveau du paiement. Nous ne paierons que les prestations de la partie tirée, soit 80 000 euros H.T. au lieu de 117 000 euros H.T. Mais ce n’est pas une consolation !
L’artificier reconnaît qu’il y a eu une faute. Le câble de secours aurait dû être déployé en cinq et non vingt minutes, à leur décharge.

Une année le vent. Une année le câble…
Ce n’est pas un exercice facile. Il y a bien des sociétés qui ne se risquent pas à faire un feu à Marseille tellement c’est compliqué. Il faut savoir reconnaître la difficulté et ne pas jeter l’opprobre sur le prestataire qui n’a pas réussi.


Entretien réalisé par Linda Be Diaf

Tag(s) : #Marseille Actu, #Actu, #la Marseillaise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :