Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crédit Photo : Stéphane Clad / L'enfouissement de l'axe Nord-Sud entraîne le traitement et l'évacuation localisés de l'air vicié par des bouches de ventilation à l'aplomb des habitations.

Crédit Photo : Stéphane Clad / L'enfouissement de l'axe Nord-Sud entraîne le traitement et l'évacuation localisés de l'air vicié par des bouches de ventilation à l'aplomb des habitations.

Les futurs aménagements de l’axe littoral Nord-Sud avec le creusement du tunnel jusqu’au Vieux Port engrangent des nuisances atmosphériques et sonores.

Un mois après le début de la démolition de la passerelle, le 20 octobre dernier, l’inquiétude grandit chez les habitants du 2e secteur à Marseille. Ils s’interrogent sur les conditions de respect des normes environnementales des projets de voiries en cours de construction.
Avec l’enterrement de la passerelle du Littoral et le creusement du tunnel, les automobilistes entrant dans Marseille empruntent désormais une déviation où la circulation se fait à ciel ouvert, du silo d’Arenc au Vieux Port.
L’environnement des riverains se trouve ainsi pollué par des nuisances sonores dues à la circulation amplifiée depuis, mais aussi liées aux travaux de démolition de la passerelle.
La fumée des gaz d’échappement et la poussière du béton arraché viennent de surcroît aggraver les taux de pollution existants, déjà supérieurs aux normes autorisées.


Pollutions acoustiques et atmosphériques


Selon l’enquête publique menée en mars 2006, l’ambiance sonore du secteur est élevée, en partie sur le quai du Lazaret où les niveaux de bruit dépassent les 70 db (A)*.
Quant au bruit, un membre du CIQ Protis Saint Jean Tourette, ingénieur de profession, avait proposé à la mairie de la Ville de Marseille un système ingénieux et peu coûteux pour le réduire : Un damier sonore au niveau des trémies qui réduirait les bruits et les renverrait vers le large. Mais l’idée n’avait pas été retenue.
« Notre CIQ a intenté une action au tribunal administratif visant à obtenir la réalisation d’un damier phonique au-dessus de la tranchée Vaudoyer », rappelle Daniel Morin son président.
Les habitants de la Tourette déclarent constater « une augmentation importante du bruit depuis l’ouverture du tunnel de la Major » ainsi que « des phénomènes de caisses de résonance à la sortie des tunnels ». Ils ne peuvent plus ouvrir leurs fenêtres.


Infrastructures polluantes à l’aplomb des habitations


Une habitante du quartier se souvient. A l’occasion de l’enquête publique, le commissaire enquêteur pour le tunnel de la Major (actuellement fermé pour travaux), avait déclaré qu’il était possible de mettre en place des extracteurs de fumée mais cela coûtait plus cher et nécessitait le changement des filtres. C’est pourquoi le tunnel de la Joliette serait construit sur 1000m, une distance suffisamment courte pour ne pas avoir l’obligation d’installer des extracteurs. (Le seul extracteur prévu ne fonctionnera qu’en cas d’incendie). De cette manière, le tunnel de la Joliette ne pourra pas être raccordé à celui du Vieux Port qui, en 2006, n’était pas aux normes de sécurité. Une trémie de 90m sera donc implantée entre les deux tunnels pour faire la jonction.
Mais cela pose de graves problèmes sanitaires aux habitants des immeubles du square Protis et du quai de la Tourette dont les logements donnent sur cet axe de circulation. Les bouches des tunnels sortent à l’aplomb des habitations, engendrant de fortes concentrations de pollution atmosphériques et sonores sous les fenêtres des riverains.
L’enfouissement de l’axe Nord-Sud, par rapport à une circulation à l’air libre, « entraîne le traitement et l’évacuation localisés de l’air vicié par des bouches de ventilation, et ce juste à l’aplomb des habitations », explique le président de la fédération des CIQ du 2e arrondissement de Marseille. « Un aménagement d’aérations qui va concentrer en un même point, face à la Tourette et au J4, quatre trémies qui sont autant de sources de pollution », poursuit-il.
Les véhicules qui emprunteront cette voie « royale » comme se plaît à la nommer Eugène Caselli, président de la CUM, viendront essentiellement de l’A51 et utiliseront successivement ces tunnels pour rejoindre le tunnel Prado Carénage, la L2 n’ayant toujours pas vu le jour. Il est bien évident que ce nouvel axe autoroutier a pour vocation à devenir une artère traversant la cité phocéenne.
Le trafic sera par ailleurs amplifié par la construction d’un parking de 750 places sous l’esplanade du J4 et d’un autre de 3 000 places sous le centre commercial des Terrasses du Port qui sera implanté sur les quais, face aux Docks de la Joliette.


Une redistribution des déplacements


Tout cela est sans compter l’arrivée des 10 000 personnes attendues dans les quartiers d’Euroméditerranée en expansion et qui compteront 4 000 nouveaux logements, 600 000 m2 de bureaux, un centre commercial de 54 000 m2 (les Terrasses du Port), des galeries marchandes (J4), mais aussi des complexes culturels et touristiques (Euromed Center, Silo, Mucem, CRM), etc.
Ces visiteurs, touristes et nouveaux habitants, prévus dans le périmètre, seront eux aussi véhiculés : voitures de tourisme, deux roues, bus, autocars, taxis, alimenteront les nouveaux espaces de circulation qui se déverseront dans la ville.
Dans son étude, l’enquête publique conclut que « le fonctionnement actuel privilégie de manière évidente l’usage de l’automobile au détriment de tous les autres modes et apparaît inadapté à la future fréquentation attendue du site ».
Toutes ces nouvelles infrastructures en cours de construction (routes, tunnels, parkings, etc.), favorisant l’afflux de véhicules aux abords des habitations, sont de nouvelles sources de pollution qui nuisent gravement à la santé des Marseillais, notamment pour les immeubles de la Tourette et du square Protis, victimes des trémies des tunnels où s’opèrent les pics de pollution.
A cela s’ajoute la considération des vents dominants qui rabattent les pollutions vers les habitations. Mais aussi les ferries qui charrient chaque jour 700 véhicules de leur ventre, sans oublier les futurs paquebots de croisiéristes qui apporteront leurs lots d’autocars et qui représentent à eux seuls la pollution produite par 14 000 voitures.

Linda Be Diaf

*Entre le rez-de-chaussée et le 10e étage des immeubles de la Tourette, les niveaux sonores sont de 62 à 72 db.
Tag(s) : #Marseille Actu, #Actu, #Euroméditerranée, #Urbanisme, #Ecolo
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :