Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

#2014 déclarée #AIAF

La marginalisation des petits producteurs et l'exode rural sont malheureusement plus que d'actualité en ce début du 21ème siècle. C’est pour cette raison que l’année 2014 a été déclarée « Année Internationale de l ́Agriculture Familiale » par l’Organisation des Nations Unies (Onu), suite à une campagne mondiale de la société civile (*).

Parce que « l’agriculture familiale préserve les produits alimentaires traditionnels », parce que l’agriculture familiale contribue à « une alimentation saine et équilibrée, à la conservation de la biodiversité agricole mondiale et à l’utilisation durable des ressources naturelles », parce que l’agriculture familiale est « un moyen de stimuler les économies locales », et surtout parce que « l’agriculture familiale et la petite agriculture sont liées de façon indissociable à la sécurité alimentaire mondiale ». Tels sont les arguments, non discutables, avancés par la Food Agriculture Fondation (FAO).

Toujours selon la FAO, « plus de 70% des habitants de la planète sont exposés à l‘insécurité alimentaire vivent dans les zones rurales d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et du Proche-Orient. La plupart sont des agriculteurs familiaux, en particulier de petits exploitants agricoles, qui ont un accès insuffisant aux ressources naturelles, aux politiques et aux technologies ».

Les femmes et les hommes engagés dans l’agriculture familiale produisent 70% de l'alimentation mondiale. Ils représentent 1,5 milliard de personnes qui travaillent la terre et plus de 500 millions d’exploitations agricoles familiales dans le monde.

L’Agriculture familiale nourrit 70 % de la planète

Bien plus qu’un simple modèle d’économie agricole donc, l'agriculture familiale est la base sur laquelle se développent toutes les communautés rurales de la planète. Et pourtant, malgré cela, l'Union Européenne (UE) voulait retarder l'AIAF à 2016. La société civile, la FAO et l’Onu ont eu gain de cause grâce au soutien de l'Espagne – unique pays européen favorable à l’AIAF en 2014, et de six pays africains. La Guinée, la Guinée-Bissau, le Niger, la Sierra Leone, le Togo, la Tanzanie et les Seychelles.

Cela démontre combien il est plus que nécessaire, voire primordial, de sensibiliser et de promouvoir politiquement et économiquement cette forme d’agriculture nourricière dans le monde. Les agriculteurs familiaux constituent de loin la majorité des agriculteurs dans le monde. Ils contribuent à créer de la richesse, des emplois et à assurer de nombreuses fonctions, de la production de nourriture à l’aménagement du territoire.

La réponse au défi alimentaire pour le siècle à venir passera par eux et pour cela, il faut dès aujourd’hui les soutenir car ils représentent déjà la première source de nourriture pour les populations des pays du Sud où sévit une inégalité criante dans l’accès aux aides publiques qui préfèrent financer les autres formes d’agricultures de type capitaliste.

C’est dans cette optique que le Forum mondial sur l'Agriculture familiale, qui s’est tenu à Budapest les 4 et 6 mars 2014, s’est donné pour mission principale d’éviter les situations d’urgence alimentaire dans les régions les plus pauvres et touchées par des conflits.

En effet, un budget agricole faible auquel s’ajoute une aide publique au développement inexistante font que, depuis plus de trente ans, les agricultures familiales sont délaissées sur le terrain par les institutions internationales mais aussi par leurs propres politiques agricoles nationales.

Dans ce contexte, il devient urgent de réagir et l’AIAF 2014 est une belle opportunité pour mettre en lumière le rôle stratégique de ces agriculteurs dans le développement agricole et rural, et pour renforcer leurs capacités. C’est aussi un premier pied à l’étrier pour certains gouvernements qui sont appelés à démontrer leur engagement en mettant en place un cadre juridique spécifique, des institutions et des politiques capables de soutenir l’agriculture familiale dans le cadre d’une coopération internationale afin de se concerter pour mettre au point, ensemble, des solutions concrètes et durables.

Linda Be Diaf

(*) Le 22 Décembre 2011, l’Assemblée générale de l’Onu a déclaré 2014 comme l’Année Internationale de l ́Agriculture Familiale (AIAF).

CREDITS PHOTOS @ STEPHANE CLAD

Tag(s) : #LM Tendances, #la Marseillaise, #Agriculture, #Economie, #Politique, #Social, #Famille
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :