Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ABRAHAM #BEHAR, président de l’#AMFPGN alerte sur les conséquences du #nucléaire militaire en #Méditerranée.

En préparation au #Forum social mondial qui se tient du 26 au 30 mars à #Tunis (Tunisie), l’association #Ican France (Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires), aidée d’associations locales, a organisé, hier à Marseille, un forum social national préparatoire sur le thème « Pour une Méditerranée débarrassée des armes atomiques ». Le Dr Abraham Behar, président de l’AMFPGN*, a apporté sa contribution en tenant une conférence sur le risque nucléaire : « Si les armes atomiques sont au nord de la Méditerranée, les déchets nucléaires sont déjà au sud » lors d'une conférence, hier 10 mars 2013, à la Cité des Associations à Marseille. Il participera au Forum social de Tunis pour sensibiliser les populations civiles aux risques et à la prévention du nucléaire.

En quoi l’arme atomique est-elle une menace nucléaire pour la Méditerranée ?

Dès que nous ne sommes plus dans une situation d’arme nucléaire de dissuasion et que nous sommes dans l’idée d’une armée d’intervention rapide, alors la zone méditerranéenne fait partie des cibles car c’est une zone très troublée.
A partir du moment où la dissuasion nucléaire est au service de la défense des intérêts de la France, elle concerne tous les pays de la Méditerranée où se situent ses intérêts vitaux et économiques, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

Comment sont gérés les déchets nucléaires militaires dans cette zone ?

Tout programme, quelqu’il soit, exige d’avoir du combustible d’uranium, ce qui pose le problème de son extraction et de son utilisation qui fournit des déchets.
Or, tout notre uranium vient de l’étranger. Les sources les plus importantes sont en Afrique : au Niger, peut-être bientôt au Mali.
Et la tentation des pays européens d’essayer de fourguer ses déchets nucléaires de l’autre côté de la Méditerranée est très grande.
A la longue, un nombre de dépôts et d’émanations radioactives pose des problèmes comme en Italie, en Sardaigne, en Turquie et, on l’a vu, en France. Il y a des accidents militaires comme sur la base de l’Otan en Espagne avec le stockage de déchets nucléaires. Cette situation était longtemps une affaire entre pays européens. Là, elle a tendance à s’étendre aux autres pays de la Méditerranée.
Quant aux déchets militaires dits très radioactifs, ils sont intransportables. En France, ils sont stockés à Cherbourg et commencent à apparaître à Toulon. Il semblerait qu’il y ait une tentation de les mettre de l’autre côté vers l’Afrique noire, en Egypte où une enquête est en cours, en Tunisie. On est en train de poser le problème de déchetteries clandestines.

Quelles peuvent être les conséquences sur l’homme ?

Actuellement, il y a un débat sur les maladies radioactives induites. La contamination radioactive n’est pas contrôlée mais elle pénètre toutes les fonctions de la chaîne du vivant qui concentre et transmet des contaminations différentes selon qu’il s’agit d’herbe, d’un mouton, d’un champignon ou d’un poisson. En radiobiologie, notre arme est l’étude épidémiologique médicale qui permet d’identifier les stigmates au niveau des cellules, dans la modification de l’ADN.
Ensuite, il y a la prévention qui n’est pas une affaire d’experts mais l’affaire de tous. C’est une affaire du peuple. Il n’y a pas de prévention sans éducation, sans démocratie, sans échange. Si ça avance, c’est grâce aux gens. Ce n’est pas vrai qu’on ne peut rien faire. Des solutions existent. En France, on constate déjà des Commissions locales d’information (CLI) autour des sites nucléaires civils et militaires pour informer la population. On ne peut pas être indifférent à cette situation parce que, par le biais des déchets nucléaires, on est tous dans le bain.

Entretien réalisé par #Linda #BeDiaf

*Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire - Nobel de la Paix (1985)

Tag(s) : #People Art, #Ecolo
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :